Bilan du plan départemental de lutte contre la radicalisation des jeunes en présence de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur

Jeune | En famille | En situation de handicap | En activité | Senior | En visite dans le 06 | Institution | Sécurité | Solidarité – Social

Mis en ligne le

Vendredi 19 février 2016, Monsieur Eric Ciotti, Député, Président du Département des Alpes-Maritimes, a présenté, en présence de Monsieur Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, et de Monsieur Adolphe Colrat, Préfet des Alpes-Maritimes, le bilan de l’action du Département en matière de lutte contre la radicalisation des jeunes.

Image en taille réelle, .JPG 476Ko fenêtre modale

Face à la gravité et à la singularité de la menace terroriste qui pèse sur notre pays, en février 2015, au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, à Montrouge et au supermarché casher de la porte de Vincennes, Eric Ciotti, a souhaité impliquer fortement le Département des Alpes-Maritimes, en partenariat étroit avec les services de l’État, dans la lutte contre la radicalisation des jeunes.

Cette mobilisation de la collectivité, chef de file de la protection de l’enfance, a pris la forme d’un plan départemental de lutte contre la radicalisation des jeunes qui repose sur 5 axes :

  1. Former et informer les personnels de services sociaux et médico-sociaux ainsi que les familles.
  2. Prévenir, accompagner et agir auprès des jeunes et des familles dès les premiers signes de radicalisation.
  3. Détecter, repérer, évaluer et transmettre aux services de l’État ou à la justice les cas les plus préoccupants.
  4. Faire respecter le principe de laïcité dans les lieux d’accueil du public.
  5. Promouvoir les valeurs républicaines auprès des jeunes.

Un an, jour pour jour, après la mise en œuvre de ce plan inédit en France c’est un premier bilan opérationnel positif et encourageant qui a été présenté par Eric Ciotti.

En effet, depuis son lancement, il a permis la formation à la prévention et la détection de la radicalisation des jeunes de 1 289 agents sociaux et médicaux sociaux et le traitement par l’ADRET 06 (Antenne départementale d’évaluation, de recueil et de traitement des informations préoccupantes) de 123 dossiers de mineurs en danger de radicalisation dont 32 ont fait l’objet d’une transmission au parquet des mineurs.

Au terme de cette visite et des échanges, Eric Ciotti et Bernard Cazeneuve ont tenu à saluer l’action des agents départementaux et de l’État en charge de la mise en œuvre de ce plan.