C'est la tradition !

Mis en ligne le

9 trésors du cinéma à découvrir du 18 au 23 septembre 2015 lors du 1er Festival du cinéma tchèque à Nice.

Image en taille réelle, .JPG 526Ko fenêtre modale © DR

Du vendredi 18 au mercredi 23 septembre 2015, les cinéphiles ont rendez-vous au Cinéma Mercury à Nice, pour découvrir 9 trésors du cinéma tchèque, dans le cadre du tout premier Festival du film tchèque. Une première édition qui s’annonce prometteuse…

Le cinéma Mercury accueillera pendant près d’une semaine, les trésors du cinéma venant du coeur de l’Europe. Film de guerre, comédie science-fiction, et nouvelle vague, neuf films en tout, réalisés par des maîtres du cinéma tchèque et rarement joués dans les salles françaises, seront projetés à compter de trois projections par jour.

Le Festival sera inauguré par le réalisateur Jiří Menzel, invité d'honneur, une légende vivante du cinéma tchèque. Son film Une blonde émoustillante (1981) fera l’ouverture le 18 septembre. Après sa diffusion, les spectateurs auront l’occasion exceptionnelle de participer à un débat avec le cinéaste. Trains étroitement surveillés, le film qui lui a permis de se faire reconnaître au plan international (Oscar en 1967) sera également à l’affiche.

Sans oublier la Nouvelle vague et les autres. Les petites marguerites (1966), comédie satirique de la Nouvelle vague, raconte l’histoire de deux femmes qui s’ennuient fermement et décident de faire les 400 coups. Il ne faudra pas non plus rater une autre comédie, inspirée d’une BD de Kaja Saudek, Qui veut tuer Jessie ? (1966), un film très original et visuellement inventif. En créations plus récentes, Kolja (1996), un film oscarisé, et Tobruk (2008), un drame de guerre impressionnant.
 
La dernière journée du Festival sera consacrée aux oeuvres de Karel Zeman, un vrai magicien du 7ème art surnommé le « Méliès tchèque ». Que ce soit dans Le baron de Crac (1961) ou dans L’arche de monsieur Servadac (1970), le monde fantastique inspiré par l’oeuvre de Jules Verne enchantera toutes les générations de spectateurs. Ses films seront présentés et débattus par les fondateurs de Malavida, le distributeur quasi attitré des films tchèques en France.