Exposition 'Des compositions décomposées' de Aïcha Hamu

Jeune | En famille | En situation de handicap | En activité | Senior | En visite dans le 06 | Divertissement | Culture | Loisirs | Sortir

Mis en ligne le

Un projet inédit à l'occasion des 10 ans de C'est pas classique

Image en taille réelle, .JPG 1.4Mo fenêtre modale Exposition 'Des compositions décomposées' © Aïcha Hamu

Aïcha Hamu fait son cinéma !
Pour les 10 ans de C’est pas classique, l’artiste Aïcha Hamu présente une exposition inédite intitulée « Des compositions décomposées ». Elle rend ainsi hommage aux compositeurs de musique de films qui ont fait l’histoire du festival ces dix dernières années.

Installées dans l’espace Agora 2, ses œuvres mettent en évidence le mariage sacré du cinéma et de la musique à travers une série de portraits de grands compositeurs créés à partir des scènes de films.

Des compositions de Michel Legrand, à l’interprétation de « Il était une fois dans l’Ouest » d’Ennio Morricone par la soprano Sophie Monaco, en passant par le pot-pourri de musiques de films d’Accordzéâm ou encore le quatuor Planètes, qui servira une Sarabande de Haendel en référence au Barry Lyndon de Stanley Kubrick, le lien étroit qui unit le cinéma et la musique sera mis en exergue tout au long du week-end.

C’est donc tout naturellement que le projet « Des compositions décomposées » prolonge cette idée en convoquant quelques grandes figures de la musique et du cinéma. Michel Legrand, John Williams, Ennio Morriconne, Georg Friedrich Haendel, Richard Strauss et Ludwig Van Beethoven seront là pour accueillir le spectateur qui, en évoluant dans l’espace, se verra offrir autant de lectures que de points de vue.

Pour voir ces grands compositeurs, il faut prendre du recul, tandis qu’en se rapprochant de ces impressions sur bâche, l’image se dématérialise, se décompose pour laisser place à une trame de cercles multicolores au milieu desquels se sont logées multitudes d’images de films correspondant toutes au compositeur qu’elles parsèment. Commence alors un jeu, aussi ludique qu’intellectuel, en s’approchant d’une bulle, une sorte de quizz s’amorce à reconnaître le film et la musique auquel il est associé.

L’exposition d’Aïcha Machu dont les sources et les formes empruntent leurs formules esthétiques, sophistiquées et décoratives au Pop Art est inédite, tout spécialement pensée, imaginée et réalisée à l’occasion des 10 ans du festival C’est pas classique.

Bon divertissement !

Consulter l'ensemble de la programmation de C'est pas classique