Préservation de l’environnement : lancement de l’expérimentation du procédé « REBAMB© » sur la RD 6098

Senior | Jeune | Environnement | En visite dans le 06 | En situation de handicap | En famille | En activité | Déplacements | Aménagement du territoire

Mis en ligne le

Mise en oeuvre d'une barrière de bambous pour lutter contre l’érosion des plages et les coups de mer sur les routes littorales

Image en taille réelle, .JPG 684Ko (fenêtre modale) Lancement de l'expérimentation du procédé « REBAMB© » © Département06

Le phénomène d’érosion côtière touche l’ensemble du littoral du département et a pour conséquence une recrudescence des submersions marines sur le littoral que l’on peut régulièrement observer chaque hiver sur le front de mer, entre Antibes et Villeneuve-Loubet, avec pour conséquence des destructions d’infrastructures balnéaires, des fermetures de routes et des perturbations de la circulation.

Les études préliminaires ont permis de réaliser un diagnostic approfondi du milieu physique et naturel sur l’ensemble des matériaux en place et d’apport. Des modélisations numériques et physiques ont conduit à localiser précisément les aléas les plus forts et à proposer des solutions pour lutter contre ce phénomène naturel.

La plage de Vaugrenier à Villeneuve-Loubet, fortement sollicitée par les houles, a été retenue pour réaliser l’expérimentation, pour une durée de 3 ans, du procédé « REBAMB© ».

Après avoir prouvé son efficacité en laboratoire, c'est jeudi 8 février 2018, qu'a été lancée l'expérimentation grandeur nature.

Le Département des Alpes-Maritimes, la société BIOBAMB et le CNRS, avec le concours du Conservatoire Scientifique des Iles de Lérins, ont décidé de mener ce projet dont l’objectif est d’atténuer l’effet des vagues lors des fortes tempêtes par l’immersion de plusieurs rangées de bambous de grand diamètre assemblés selon une architecture prédéfinie. Immergées à 100 mètres du rivage au large de la plage, elles créeront  un récif artificiel souple capable de casser les vagues. Une alternative écologique et innovante, proposée par un scientifique niçois, qui vise à protéger la RD 6098, route départementale du bord de mer et qui favorisera également l’implantation et le développement de jeunes poissons dans un espace protégé.

Tous ces efforts conjugués représentent le premier grand pas pour récréer une protection naturelle des plages azuréennes, sécuriser et améliorer le trafic en bord de mer, et pérenniser la biodiversité sous-marine du littoral. Ils s’inscrivent pleinement dans la démarche « GREEN Deal » impulsée par Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes, avec pour objectif la transformation éco-responsable du territoire maralpin.