Exposition « Munkhbat, Mongolie médiévale »

Tourisme | Senior | Musée des Arts asiatiques | Loisirs | Jeune | Exposition | En visite dans le 06 | En situation de handicap | En famille | En activité | Culture

  • Du au

Au musée départemental des Arts asiatiques à Nice

Image en taille réelle, .JPG 455Ko (fenêtre modale) © DR

Voulez-vous sentir le vent de la steppe passer dans vos cheveux, entendre le piétinement des chevaux sauvages, imaginer que l’on vous joue une sérénade sur un luth traditionnel ? N’attendez pas, découvrez l’exposition « Munkhbat, Mongolie médiévale » au musée départemental des Arts Asiatiques à Nice.

Munkhbat, cet artiste contemporain mongol se situe dans le droit fil de la tradition héritée du Moyen Age. Il s’y rattache par les thèmes traités : l’omniprésence des chevaux dans la steppe mongole, la vie des princes et princesses, les grandes chasses à cheval, le jeu de polo, mais aussi par le procédé pictural inspiré de la Chine antique.

Durant sept siècles et jusqu’au siècle dernier, la Mongolie tantôt domina la Chine, tantôt fut dominée par elle, chacun des deux pays gardant ses différences, aussi bien ethniques que linguistiques et culturelles. Mais l’art pictural de la calligraphie et du dessin à l’encre de Chine fut l’un des traits caractéristiques de ces deux peuples.

La seule concession que fait Munkhbat à la modernité est l’adjonction, à l’intérieur des contours dessinés à l’encre de Chine, d’aplats de couleur réalisés à la gouache, ce qui rend les tableaux plus vivants et plus lumineux sans altérer la sobriété de l’ensemble.

Ces œuvres si proches de la tradition et qui transmettent la vision d’une Mongolie « rêvée » posent pour nous la question de l’héritage. Quel est l’apport que chaque artiste ou artisan fait à la transmission d’un savoir-faire, jusqu’à quel point doit-il s’effacer devant une recherche d’authenticité ou apporter sa touche créatrice ? Comment faire vivre ce dont on a hérité ?

Du 17 mars au 24 juin 2018 - Entrée libre