Grands projets

Création de l’échangeur de La Paoute à Grasse

Historique du projet

À la suite du transfert des routes nationales en 2006, le département a poursuivi les actions engagées par l’état autour de cet axe structurant :

  •  La finalisation des travaux de la section existante avec le doublement de la trémie des Aspres (2010) et la création de l’échangeur de Rouquier (2015) ;
  • La poursuite des études et des procédures portant sur la création d’un échangeur à la Paoute ;
  • La poursuite des études et des procédures portant sur le prolongement de la Route Départementale (RD) 6185 jusqu’à la RD2562.

Un trafic routier saturé

La ville Grasse et son agglomération souffrent d’un enclavement routier lié au relief et à son implantation géographique.

Actuellement, le carrefour en débouché de la pénétrante atteint régulièrement son seuil de saturation. Aussi, le Département, en concertation avec la ville de Grasse et la Communauté d’Agglomération des Pays de Grasse, envisage, grâce au nouvel échangeur de la Paoute, de capter au sud de ce carrefour, le trafic se dirigeant vers les zones d’activités économiques, commerciales et éducatives situées à l’Est de Grasse.

La création d’une liaison routière entre la pénétrante Cannes-Grasse (RD 6185) et le giratoire de la Paoute aura comme objectifs de :

  • Désengorger le trafic des Quatre Chemins ;
  • Diminuer le trafic en traversée de Mouans-Sartoux ;
  • Améliorer l’accessibilité aux quartiers Est et Sud-Est de Grasse.

Caractéristiques du projet

Une première solution de franchissement de la pénétrante Cannes-Grasse (RD6185) en passage inférieur avait été étudié au préalable, mais a été remise en cause en cours d’étude fin 2015, en raison des volumes importants de terrassement, des difficultés de mise en œuvre des soutènements, de celles rencontrées dans la mise en œuvre des mesures compensatoires liées à la présence d’espèces protégées mais aussi des risques occasionnés avec les passages inférieurs en cas de fortes pluies.

La solution retenue est le franchissement de la pénétrante (RD6185) en passage supérieur, dont les caractéristiques principales sont les suivantes :

  • Un échangeur complet sur la RD6185 permettant le franchissement de la RD6185 en passage supérieur à l’aide d’un ouvrage d’art ;
  • Le giratoire de la Paoute modifié afin de permettre le nouveau raccordement ;
  • La création de 3 bassins de rétentions pour recueillir les eaux pluviales et pollutions éventuelles avec traitement avant rejet dans le milieu naturel. (Afin d’éviter la prolifération des moustiques l’eau sera évacuée dès traitement) ;
  • Un mur brise vue pour protéger le centre équestre et ne pas effrayer les chevaux ;
  • Des murs de soutènements le long des bretelles traités en gabions conformément à l’Architecte des Bâtiments de France pour améliorer l’insertion paysagère.

Cette solution de franchissement a été modifiée en 2020, à la suite de l’enquête publique de 2019, afin de limiter l’impact dans le paysage et s’affranchir d’une zone de grand glissement de terrain identifiée lors des études géotechniques du projet. Les giratoires de raccordement en lunette ont été remplacés par un giratoire ovale se situant au-dessus de la pénétrante.

Planning du projet

Les travaux concernant la création d’un écran brise vue le long de la carrière hippique ont démarré le 5 janvier 2021 et se sont terminés fin mars.

Les travaux de construction de l’échangeur routier étant subordonnés au respect d’un calendrier écologique prescrit dans l’arrêté de Conseil National de la Protection de la Nature, n’ont pu redémarrer que fin mai dans la zone entièrement artificialisée.

Jusqu’en décembre 2021, la phase 1 des travaux consistera à la construction de l’amorce du barreau routier jusqu’au terrain du sécheur à boue et à la démolition du bâtiment et des cuves du sécheur. Ils se poursuivront à l’automne par le défrichement des emprises dans les zones naturelles et la mise en place des installations de chantier.

La phase 2 consistera à la poursuite du barreau jusqu’à la pénétrante et au début de la réalisation des ouvrages d’art.

La phase 3 consistera au raccordement du barreau routier.

Les travaux sont prévus sur une durée d’environ 3 ans.

Le montant global de l’opération globale budgétaire est estimé à 17 millions d'euros Hors Taxes.

L’État financera au titre du protocole de compensation spécifique de décroisement, l’opération inscrite au Contrat de plan État-Région 2015-2020 à hauteur de 7,6 millions d'euros, la Région à hauteur de 5,6 millions d'euros et le Département des Alpes-Maritimes à hauteur de 3,8 millions d'euros.