Eco-musée vivant de Provence

En 1988, Ib Schmedes, entomologiste danois, crée un musée dédié aux insectes, aux reptiles et aux batraciens de Provence.

Ainsi, criquets, sauterelles, cigales, mantes religieuses, grillons et autres insectes peuplent les vivariums. De même, couleuvres, lézards, tortues, grenouilles ou caméléons occupent leur biotope artificiel.

Ces collections vivantes sont entourées d’un jardin. Celui-ci est composé d’arbres et d’arbustes typiques de la région. Des arbousiers, des micocouliers, des oliviers, des scilles d’Italie ou encore des cormiers se partagent cet espace. Le thym et le romarin viennent parfumer le tout. Quant aux fleurs de diverses variétés, elles sont butinées par les abeilles provenant de la ruche. Celles-ci traversent un long couloir transparent permettant de voir leur activité.

La disposition des ensembles floristiques est analogue à celle observée dans les Alpes-Maritimes : au sud les formations les plus thermophiles et littorales, au nord, les groupements collinéens et montagnards. Comme le fleuve Var, un ruisseau, qui coule du nord vers le sud, sépare les séries d’affinité orientale plus humides (Alpes-Maritimes ligures) des séries occidentales plus sèches (Alpes-Maritimes occidentales et Provence).