Langues régionales

1488 Récit en niçois par le syndic Bertrand Riquier du séjour du duc Charles de Savoie à Nice

En octobre 1488 le duc vint séjourner à Nice, un siècle après Amédée VII.

Niveau confirmé.

L’un des syndics de la ville consigna le récit de cette troisième visite d’un souverain de Savoie à Nice, sur un cahier que découvrit l’historien Gioffredo au XVIIe siècle. Il en transcrivit le texte rédigé en niçois de façon partielle, omettant volontairement un autre aspect de cette visite : un impôt levé de 6 florins par feu soit environ 12 000 florins, auxquels s’ajoutaient 500 florins pour le duc et sa cour, 50 écus pour les officiers. Un cortège fut organisé selon un cérémonial strict pour aller à la rencontre du duc. En tête, des enfants tenaient au bout d’un bâton huit blasons de Savoie de la taille d’une demi- feuille de papier. Derrière eux, venaient des gens d’armes à pied, bien habillés, portant arbalètes, lances, boucliers et couleuvrines sur deux lignes, suivis par trois gentilshommes à cheval, un au centre légèrement en avant avec l’étendard de Savoie, les deux autres en retrait de part et d’autre avec un étendard aux armes de la ville. Puis les syndics, ayant chacun deux clés de la ville, précédaient la population. Arrivés au quartier de l’Ariane, au pré de l’Abadie, ils attendirent le duc et lorsqu’il parut, ils se précipitèrent pour lui remettre les clés : « mon très redouté seigneur nous vous présentons les clés de votre ville, usez-en selon votre volonté ». Le cortège repartit accompagnant le duc jusqu’à la ville aux cris de « Savoie ». Quarante pas devant la porte de la cité, revêtus de leurs habits pontificaux, l’évêque et son vicaire accueillirent le duc avec les reliques de la cathédrale Sainte-Marie. Le duc baisa le reliquaire et remonta sur son cheval précédé par le clergé à pied. Derrière eux, les 4 syndics munis d’un bâton, portaient le dais de la ville, accompagnés par le gouverneur et le juge mage, dotés eux aussi d’un bâton. Ils allèrent jusqu’à l’autel où le duc s’agenouilla. Son écuyer, qui tenait son épée, pouvait, selon la coutume, prendre le bâton d’un des syndics qui devait le lui racheter moyennant de 4 à 6 écus. Le duc désigna son chambellan Pierre de Pesmes seigneur de Brandizzo qui faisait partie de sa suite comme nouveau gouverneur de Nice. Lorsqu’il repartit de Nice le 12 novembre après avoir réglé quelques litiges, et accordé ou confirmé quelques faveurs, le duc fut accompagné jusqu’à Saint-Pons par 100 ou 200 gens d’armes qui prirent congé de son « Illustrissime Seigneurie », souhaitant que Dieu luy donne honneur et longue vie, souhait qui ne fut pas exaucé puisqu’un an plus tard Charles Ier tomba malade à Turin et décéda à Pignerol (Pinerolo) le 13 mars 1490.

Image en taille réelle, .JPG 2.3Mo (fenêtre modale)|

Image en taille réelle, .JPG 1.9Mo (fenêtre modale)|

Image en taille réelle, .JPG 1.7Mo (fenêtre modale)|

Consultez la transcription

f. 166. L’an 1488 et lo jort XXX del mes de octobre que fons jous et tenian e per letra dominical, monsur lo duc Charles de Savoya es arribat aysit a Nissa essent sentegue jeu Bertrand Riquier, Loys Armano, Lions Barral et Jaume Cavallier. Primo lo forrier prengue los logisses par la gent de la cort en tos los bons hostals da questa villa tant per hommes, coms per chivals. Item fezen far VIc o VIIc armas de Savoya de miech fuelh de papier luna que donen als enfans que porteron quascun sus una canna et aneron tot premier dos a dos. Cuascuna arma costet un quart sive patachs II. Secundament aneron la gent da pe ben abillas anbe albarestas, lanssas, targuetas, colobrinas tos dos à dos. Anbe tres gentilhomes apres de la sobre dicha ent darmas. Lun lo plus anssian portava l’estandart de Savoya lo lonc de son caval davant dels autres dos jentilshomes, que portavan / 
f. 166v : los dos estandars anbe las armas de la villa, l’un duna part, lautre da lautra, et a quel de Savoya en miey un pauc davant. Terssament vengron los 4 sentegues premiers anbe los citadins, los quals sentegues porteron las claus dels portals de la villa, saltem quascun doas claus. Et aneron anbe los dis citadins tant avant coma fins en Arizana al prat de la Badia, et aquit atenderon fins que lo seinhor Duc vengue, et incontinent que lo viron, tot bel cavalqueron de ver el. Pueis desenderon da caval li presentant las dichas claus en li dizent : mon tres redoubté seinhor nous vous presentan las claus de vostra cieutat, que en fassas vostre bon plasser ; et ansi que vous presentan las claus de la cieutat, vous presentan las claus de nostres corages cors, et bens. Pueis montas a caval, et vous en venes la testa de vostres cavals a la coa del sieu, et venes devizant de la cieutat, et pays. Sen tornant davant premier / 
f. 167. los enfans cridant Savoya, pueis la gent a pe, et los estendars apres per ordre. Item y aura 4 o VI jentilhomes de la villa ben abilhas que si metran da pe Monsenhor en luec d’estaffiers, et diran als estaffiers de Monsenhor en dolssas paraullas sil vos plas nos serviron Monsenhor per estaffiers, et si metran tres dessa, et tres della a pe toiort la man sus la cropa del chival de Monsenhor, et los quals auran bona avvertenssia, que si lo caval bricava, que els sostengan Monsenhor, o passant ayga o per una montada, o vallada, o per una encalladadura de peiras fins a son logis. Et cavalqueran fins al portal de la villa, o veramens luegn del portal XL passes, ont sera levesque o son vicari que recebra Monsenhor lo Duc en pontiffical anbe las reliquias de la gleiza catedral. Ont mon sobre dich Segnor deysendra, et baizera las dichas reliquias et baizadas remontera a caval levesque devant tot a pe ; et a qui auran los sentegues lo palli de la villa anbe VI bastons, ont lo premier a banda senestra portara lo sentegue laurador, an banda drecha premier lautre sentegue / 
f. 167v. que va davant lo laurador, an banda drecha premier lautre sentegue que va davant lo laurador. Lo ters sentegue a banda senestra portara lautre. Lo quart sentegue que es lo jentilhome portera lo quart baston a banda drecha. Lo Ve baston portara lo juge mage a banda senestra. Lo VIe baston portara lo guovernador a banda drecha, car los derriers, et plus pres de la persona del Prince son los plus honorables ; et en aquella fasson encompagneran Monsenhor fins a lautar, ont el s’anera aginolhar. Pueis a qui sera lescuier descuerie, que porta lespaza davant Monsur que penrra si el vol lo pally, et del lo recateran les sentegues 4 o VI escus, o coma sacorderan. Pueis acompagneran Monsenhor a son logis, et li diran que el sia lo ben vengut, et que els sont toiort a son bon plasser. Pueis qual donar la benvenguda a Monsenhor so es los 4 vicarias ensens et donem nos autres aldich duc Charles florins VI per fuec que asendon a ff XIIM incirca. Item oltra daquot donem a Monsenhor per son deffreiament et de sa cort ff Vc.
f. 168. Item et oltra daquot donem als hufficis de la cort coma son huissiers darmas, mestres de panataria, mestres de cuizina, trompetas, pages, portiers, staffiers et autres escus Lta. Item donem al governador que non si devian donar g 1 per fuec mais per que el era mestre de hostal que fon Petriquin de Pesme senhor de Brandis los ly donen tamen non o devian aver es verque qui que sia mestre de hostal de Monsenhor et lon dona als hufficis X o C ducas lon o deu donar al mestre de hostal et dels C ducas o dels X el lo mestre dostal sen reten la mittat e lautre mittat el lur desparte coma bon ly sembla e per que nos o donem als hufficis et el non nague ren afin que el restes content de nos ly donem g1 per fuec avent resgart a so que Monsenhor lo laisset aisit governador esperant que el nos serviria mais tant perdut. Item pariter donem al juge mage patachs 4 per fuec que aytant pauc non devia aver ren et tot es perdut. Item cor Monsenhor sen vol anar los sentegues, et aquels 
f. 168v. citadins que an chivals len compagnan fins à la torre de Gapean, o fins a Sant Pons ; et ansi C o CC jentis compagnons, espaza, et lanssa, et targueta fins a Sant Pons, et aqui prenon congiet del en li pregant que vuelha aver escuzada la cieutat si ella non avia fach son dever enver de sa Illustrissima Segnoria ; com ly apareten. En ly pregant, que li plassa aver toiort per recomandat sa paura cieuttat, et pays, coma aven nostra ferma esperanssa, et que Dieu ly done honnor, et longa vida, amen. Deissendent pe a terra cor prenon congiet.

Source : Archives départementales des Alpes-Maritimes, Ni paesi mazzo 4, n° 10 ; édité par Jean-Bernard Lacroix dans le catalogue d’exposition Nice et la maison royale de Savoie, Silvana editoriale, Milan, 2010, p. 45.