Les Alpes-Maritimes au XIXe siècle

La République enracinée (1879-1914)

Après leur victoire, les républicains modérés, surnommés "opportunistes", font voter de 1879 à 1885 une série de lois capitales pour assurer les grandes libertés et asseoir la République : liberté de réunion et de presse en 1881, loi autorisant les syndicats en 1884, lois scolaires de 1881 et 1882.

Au début du XXe siècle, après avoir traversé plusieurs crises, la République est désormais enracinée dans les esprits : aucune force politique importante ne la conteste plus. Les classes moyennes lui apportent un soutien constant. Le monde paysan qui constitue encore à cette date la catégorie sociale la plus nombreuse, est imprégné des valeurs républicaines, notamment par l’enseignement primaire et ses instituteurs.

Dans les Alpes-Maritimes, les radicaux sont installés dans le pays de Grasse tandis que l'ancien Comté de Nice reste modéré. Si l'influence des partis est faible, celle des personnalités est déterminante. Ces dernières s'appuient sur des clientèles, recrutées en partie par des agents électoraux grâce à la corruption, et sur la presse qui joue un grand rôle dans les campagnes électorales.

C'est l'avocat Alfred Borriglione qui ancre définitivement le Comté de Nice à la République française. Député, conseiller général et maire de Nice jusqu'en 1886, il domine alors la vie politique du département. Flaminius Raiberti, aristocrate niçois représentant la droite conservatrice, lui succède en 1890.

Cette République enracinée est aussi une République conquérante en Afrique et en Asie. De 1880 à 1914, la IIIème République a continué d’agrandir l’empire colonial constitué entre 1815 et 1870, rassemblant par la force de vastes territoires en Afrique noire, en Afrique du Nord (Tunisie et Maroc), dans l’océan indien (Madagascar) et en Indochine (Annam et Tonkin). C’est Jules Ferry qui pose, en 1885, les fondements de cette politique qui va permettre de constituer, à la veille de 1914, un empire comptant dix millions de kilomètres carrés, soit près de vingt fois le territoire de la France métropolitaine. Le commandant Lamy, né à Mougins, s’illustre dans la conquête du Tchad et est mortellement blessé le 22 avril 1900 lors de la bataille de Kousséri.

Dates-repères

  • 23 septembre 1880 : formation du ministère Jules Ferry
  • 16 juin 1881 : loi Ferry sur la gratuité de l'enseignement primaire
  • 29 juillet 1881 : loi libérale sur la presse
  • août à septembre 1881 : élections législatives, poussée de la gauche
  • 28 mars 1882 : loi Ferry sur l'école primaire obligatoire et laïque
  • 4 au 18 octobre 1885 : élections législatives, victoire de la gauche républicaine
  • 28 décembre 1885 : Jules Grévy est réélu président de la République.
  • 27 janvier 1889 : le général Boulanger est élu à Paris lors d'une élection législative partielle.
  • 1er avril 1889 : fuite de Boulanger en Belgique. Il y meurt en septembre 1891.
  • septembre à octobre 1889 : élections législatives, effondrement du boulangisme
  • 1er mai 1891 : incidents de Fourmies, répression d'une manifestation ouvrière
  • août à septembre 1893 : élections législatives, victoire des républicains modérés
  • 8 au 22 mai 1898 : élections législatives
  • 22 juin 1899 : formation du gouvernement Waldeck-Rousseau, dit de "défense républicaine"
  • 30 septembre 1900 : loi Millerand abaissant la durée quotidienne du travail à onze heures
  • avril à mai 1902 : élections législatives, victoire du bloc des gauches
  • 1904-1907 : vague de grèves ouvrières et de manifestations
  • 9 décembre 1905 : loi de séparation de l'Église et de l'État
  • 6 au 20 mai 1906 : élections législatives, victoire des radicaux
  • juin à juillet 1908 : grèves et affrontements à Draveil et Villeneuve Saint-Georges
  • avril à mai 1910 : élections législatives, maintien des radicaux
  • 26 avril au 10 mai 1914 : élections législatives, victoire de la gauche

La chambre des députés élue le 4 septembre 1881 - Image en taille réelle, .JPG 125Ko (fenêtre modale)|

 

Annonce du succès des républicains aux élections législatives d'août 1881, Le petit Niçois, 22 août 1881 - Image en taille réelle, .JPG 140Ko (fenêtre modale)|

 

La chambre des députés élue le 6 octobre 1889 - Image en taille réelle, .JPG 135Ko (fenêtre modale)|

 

La chambre des députés élue le 22 mai 1898 - Image en taille réelle, .JPG 135Ko (fenêtre modale)|

 

La chambre des députés élue le 11 mai 1902 - Image en taille réelle, .JPG 140Ko (fenêtre modale)|

 

La chambre des députés élue le 08 mai 1910 - Image en taille réelle, .JPG 127Ko (fenêtre modale)|

 

Les députés Alfred Borriglione, Léon Chiris et Raphaël Bischoffsheim - Image en taille réelle, .JPG 80Ko (fenêtre modale)|

 

Les députés Maurice Rouvier et Flaminus Raiberti - Image en taille réelle, .JPG 79Ko (fenêtre modale)|

 

Visite du président de la République Armand Fallières dans les Alpes-Maritimes, avril 1909, Le petit Niçois, 25 avril 1909 - Image en taille réelle, .JPG 161Ko (fenêtre modale)|

 

Le président Armand Fallières en visite à Nice, 1909 - Image en taille réelle, .JPG 98Ko (fenêtre modale)|

 

Discours de Jules Ferry à la chambre des députés sur la colonisation, 28 juillet 1885 - Image en taille réelle, .JPG 170Ko (fenêtre modale)|

 

Annonce de la mort du commandant Lamy, L'illustration, 4 août 1900 - Image en taille réelle, .JPG 126Ko (fenêtre modale)|