Les AM de la préhistoire à la fin du XVIIIe

Seigneurs et paysans

A partir du Xe siècle, les guerriers, que l’on appelle aussi chevaliers, imposent leur pouvoir au reste de la société et se partagent la terre. En échange d’une protection, les paysans acceptent la domination d’un seigneur. Une cérémonie, l’hommage, permet de conclure l’accord.

Les seigneurs construisent des châteaux dont la pièce maîtresse est le donjon. Ils sont édifiés du XIe au XIVe siècle comme Roquebrune, Bar-sur-Loup, Grasse, Cannes, Antibes et Villeneuve-Loubet. Les paysans représentent la grande masse de la population ; ils sont désignés sous le nom de vilains (cultivateurs du domaine ou villa).

Les plus nombreux sont les serfs ; ils sont considérés par les seigneurs comme inférieurs et méprisables. Le serf est attaché à la terre et vendu avec elle. Même libre, le paysan doit payer un fermage pour utiliser la terre : le cens, qui représente une partie de ses récoltes.

Il doit aussi au seigneur un impôt en argent, la taille. Les corvées, travail gratuit et obligatoire, sont exigées pour entretenir le château, les chemins… les conditions de vie sont difficiles. Les principales cultures sont les céréales et la vigne. L’élevage (surtout celui des moutons) est très important.

Image en taille réelle, .JPG 181Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 182Ko (fenêtre modale)|