Le patrimoine architectural contemporain

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le département des Alpes-Maritimes est devenu un haut lieu de l’architecture contemporaine.

Image en taille réelle, .JPG 69Ko (fenêtre modale)|Villeneuve-Loubet, Marina-Baie-des-Anges© DR

Ainsi, pour la période 1945-1980, une centaine d’édifices ont été labellisés « patrimoine du XXe siècle » ou inventoriés dans le cadre d’un travail de Pré-inventaire du patrimoine architectural des « Trente Glorieuses ». Les réalisations de cette période s’inscrivent autour de plusieurs lignes de force : écho du futurisme, esprit du Bauhaus, courants « brutaliste », culturaliste ou des « architectures sculptures ». Ceux-ci ont inspiré des architectes souvent méconnus, du cabanon de Corbusier à la Fondation Maeght de Josep lluis Sert.

Après 1980,  les œuvres de qualité se font plus rares, malgré les milliers de bâtiments qui viennent submerger la plupart des communes de la région. La prise de conscience des dérives des idéaux du Mouvement moderne (production d’ensembles monotones et impersonnels, médiocrité des constructions, déstructuration des tissus urbains anciens, perte du savoir-faire des artisans…) a suscité chez une nouvelle   génération d’architectes des créations de grande qualité soucieuses de leur environnement, qu’ils soient urbain ou naturel. Musées, écoles, collèges, médiathèque, places, église, villas, résidences de vacances, hôtels…tous les types de bâtiments ont été explorés avec succès, nous invitant à faire l’expérience de la découverte de ces espaces in situ.