Nature, culture et paysages des Alpes-Maritimes

Le renouvellement de l’art des jardins au XXe siècle

A la veille de la première guerre mondiale émergea une nouvelle forme de style de jardin, adaptation du style néo-rural anglais, le jardin néo-méditerranéen, à l’initiative de paysagistes comme Ferdinand Bac.

Les influences étaient multiples ; latine, italienne, espagnole, provençale, arabe.

Une grande attention était portée au paysage méditerranéen et à sa végétation, notamment au cyprès pyramidal. On redécouvrit le plan régulier et la symétrie des allées rectilignes, en pentes ou en escaliers.

Le jardin méditerranéen était aussi un retour à l’architecture locale et aux matériaux pauvres. Ses autres attributs étaient les patios et les terrasses qui prolongeaient la maison, les pergolas, qui évitaient l’ombre excessive, et les jarres fleuries qui apportaient la couleur.

La crise économique de 1930 puis la seconde guerre mondiale donnèrent un coup d’arrêt aux grands jardins privés. Ceux qui subsistent, propriétés privées ou acquisitions des municipalités, sont aujourd’hui autant de témoins de l’histoire des jardins et doivent être considérés comme un patrimoine exceptionnel aussi fragile qu’irremplaçable.

Image en taille réelle, .JPG 106Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 61Ko (fenêtre modale)|