Nature, culture et paysages des Alpes-Maritimes

Les jardins des hivernants

Conjuguée avec l’implantation massive en Europe de plantes du monde entier, l’arrivée des hivernants au milieu du XIXe siècle fut à l’origine dans les Alpes-Maritimes de l’essor spectaculaire de jardins d’un genre nouveau.

Entre 1850 et 1914, le littoral se couvrit de villas et d’hôtels entourés de parcs et de jardins établis à grands frais. Ces derniers eurent pour modèles le jardin paysager anglais, adapté aux sites et au climat, ou le jardin mixte (paysager et classique) et furent composés de façon identique : arbres et arbustes subtropicaux, massifs de fleurs, larges surfaces gazonnées offrant à leurs propriétaires un fleurissement hivernal et un aspect toujours vert. Chacun de ces jardins était un véritable jardin botanique.

L’esprit de collection primait sur l’esthétique. La demeure placée sur la partie la plus élevée du terrain, de grandes allées sinueuses permettant la promenade, des belvédères offrant des points de vue, telles étaient les caractéristiques des plans de ces jardins.

Au début du XXe siècle, on assista à un recul de la tendance botanique et de l’exotisme. Les jardins composés entre 1900 et 1914 présentaient des collections de styles de jardin, géométriques, et étaient plus respectueux de la végétation autochtone.

Image en taille réelle, .JPG 73Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 73Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 90Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 82Ko (fenêtre modale)|