Route du Baroque

L'Annonciation

Église Saint-Jacques dite Église Sainte-Rita 1677-1740. La façade inachevée est d’allure quasi médiévale. Elle se distingue de l’alignement de la rue par un léger retrait et n’est animée que par la percée du porche d’entrée encadré de colonnes engagées ioniques supportant un large entablement et un linteau.

Image en taille réelle, .JPG 97Ko (fenêtre modale)|© CG06

www.cg06.fr/cms/cg06/upload/decouvrir-les-am/fr/gallery/decouvrir_routes_annonciation1gf.jpg

Le plan se développe en deux espaces distincts :

  • la nef bordée par les profondes entailles des chapelles,
  • le choeur en hémicycle, séparé de la nef par un arc triomphal, nettement mis en exergue par un brusque accroissement de la hauteur du volume. L’élévation de la nef tend vers l’annulation des parois latérales.

L’organisation architecturale travaille sur la mise en avant de faisceaux de pilastres bordant l’entrée des chapelles.

Ce parti pris induit une sensation de verticalisme qui se poursuit dans la partie supérieure de l’église où des arcs doubleaux continuent l’élan et le canalisent dans la voûte en berceau, malgré l’existence d’un entablement très développé.

Cette scansion verticale initiée par les piliers de la nef se prolonge dans le choeur, accélérée par l’hémicycle du chevet et la plus grande hauteur du volume, même si la présence de l’arc triomphal qui sépare les deux espaces est accentuée par le retour d’équerre des piliers qui le supportent.
La prolifération ornementale propre au baroque se localise essentiellement au fond des chapelles latérales. Seules les deux dernières chapelles encadrant le choeur, à gauche et à droite, ont gardé leurs retables anciens.

Chapelle de Notre-Dame-du-Mont-Carmel

(A gauche du choeur)

Elle fonctionne comme une église dans l’église.

Elle est isolée de la nef par une très riche balustrade qui clôt l’espace. Son décor est de type lombard. Les intailles de marbre polychrome génèrent les formes des balustres intermédiaires.

Au centre de l’autel une exèdre dont l’entablement à multiples ressauts est soutenu par des colonnes torses encadre un groupe sculpté dont la blancheur est rehaussée par la polychromie de l’ensemble.

Ce groupe de la Vierge à l’Enfant est d’une remarquable sensualité. Alliant douceur des gestes et des expressions, il développe un dynamisme ascendant efficacement relayé par le cadre cintré de la niche et le cintrement de l’entablement.