Archives départementales

Langues régionales

L'histoire du département des Alpes-Maritimes permet de faire découvrir des documents en provençal, gavot et niçois.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

XVe siècle

1420 Une pension pour Louis de Grimaldi, en niçois 

Niveau débutant.

Le 16 novembre 1420, Louis de Grimaldi reconnait avoir reçu 300 florins d'or en pension de Jaques de La Fontaine, receveur du duc de Savoie dans ses terres de Provence, payés sur les revenus de la gabelle du sel de Nice.

1472 Convention de dot d'Horonée Arluc pour son mariage avec Pierre Aprilis, en provençal 

Niveau intermédiaire.

Le notaire Barthélemy Delaude à Grasse conserve dans son registre de minutes de 1471 à 1479 un papier rapporté. Il s'agit d'un contrat de mariage établi par le curé Antoine Vincent entre Honora Arluc et Pierre Aprilis. La transaction est effectuée par le frère et la mère de la mariée, Barthélemy et Jeanne Arluc devant témoins. On lui attribue sa dot et son trousseau (argent, robe, drap et nappes). Les modalités de paiement, sur plusieurs années, sont précisées ainsi que les cas d'annulation et de remboursement.

1476-1478 Recette médicale pour soigner les ulcères variqueux, en provençal

Niveau confirmé.

A Guillaumes, à la fin du XVe siècle, les pages de garde des registres du notaire Pierre Jusberti offrent de curieuses recettes médicales testées et commentées par le notaire.

1476-1478 Recette médicale pour soigner une gorge enflée, en provençal

Niveau confirmé.

Suite des recettes notées dans le registre du notaire Pierre Jusberti de Guillaumes.

1478 Préparer sa mort à la fin du XVe siècle.

Testament de Jean Roselli alias Crespini, de Cannes, le jour de la Saint-Raphaël (29 septembre), en provençal

Niveau intermédiaire.

Le jour de la Saint-Raphaël 1478, Jean Roselli alias Crespini fait son testament. Après avoir recommandé son âme à Dieu et à la Vierge, il souhaite être inhumé à Saint-Honorat, comme son père, et prévoit des dons et messes à l'Eglise, comme il est de coutume à l'époque. Il répartit ses biens entre ses héritiers et prévoit, s'ils meurent tous que ses biens reviennent au monastère de Saint-Honorat.

1488 Récit en niçois par le syndic Bertrand Riquier du séjour du duc Charles de Savoie à Nice

Niveau confirmé.

En octobre 1488 le duc vint séjourner à Nice, un siècle après Amédée VII. L'un des syndics de la ville consigna le récit de cette troisième visite d'un souverain de Savoie à Nice, sur un cahier que découvrit l'historien Gioffredo au XVIIe siècle. Il en transcrivit le texte rédigé en niçois de façon partielle, ometttant volontairement un autre aspect de cette visite : un impôt levé de 6 florins par feu soit environ 12 000 florins, auxquels s'ajoutaient 500 florins pour le duc et sa cour, 50 écus pour les officiers....

Dossier pédagogique en provençal.dossier-peda-provencal