Andon

Les origines de la commune d'Andon recouvrent les territoires féodaux d'Andon, Canaux et Thorenc. L'histoire de Canaux se lit assez facilement ; celles d'Andon et de Thorenc sont en revanche bien enchevêtrées.

Image en taille réelle, .JPG 177Ko (fenêtre modale)|

Le territoire de Canaux est muni d'une église, Saint-Florent, mentionnée dès 1138.

Mais son habitat fortifié n'est cité pour la première fois qu'en 1158.

Cet habitat et son église sont abandonnés à la fin du XIVe siècle ; il en reste quelques ruines dans les rochers qui dominent le lieudit Saint-Hubert.

Durant l'époque moderne, les quelques habitants qui restaient à Canaux ne sont jamais parvenus à former de nouveau une communauté.

Un habitat fortifié dénommé Andon est mentionné pour la première fois en 1231, mais de nombreux membres d'une famille du même nom sont connus à partir de 1038.

Leur rang social suggère qu'ils possèdent un château, dont ils ont pris le nom, au plus tard au XIIe siècle ; nous ne savons pas où il se trouvait.

En revanche, le site du Castellas, qui domine le village actuel, ne semble pas avoir été occupé avant le XIIIe siècle.

Il est progressivement abandonné au XIVe siècle.

Durant l'époque moderne, une communauté d'Andon s'organise de nouveau ; son village, non fortifié, se développe surtout le long d'une rue.

Un habitat fortifié dénommé Thorenc n'est mentionné pour la première fois qu'en 1200 ; mais le site où l'on en voit les ruines, au lieudit Le Castellaras, semble occupé depuis beaucoup plus longtemps.
Nous ne connaissons cependant pas, aussi tôt dans le Moyen Age, de famille ayant porté de nom de Thorenc.
Le château et le village sont détruit en 1691. Par la suite, plusieurs châteaux peu fortifiés ont été dressés par de petits seigneurs sur leur terre, dans la plaine au pied de la crête de Bleine ; ils sont à l'origine d'un habitat dispersé.