Auribeau-sur-Siagne

Un habitat fortifié dénommé Auribeau est cité pour la première fois au début du XIIe siècle.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Vous vous trouvez sur l’éminence rocheuse sur laquelle a été bâti le village d’Auribeau-sur-Siagne au Moyen Âge. Équipé d’une table panoramique, cet endroit constitue un lieu privilégié de découverte de la géographie du pays grassois. Face à vous, en contrebas, se trouve la plaine où bat aujourd’hui le nouveau cœur économique d’Auribeau-sur-Siagne. Située à confluence de deux petits affluents de la Siagne - la Frayère à gauche et le vallon du Vivier à droite qui abrite le sanctuaire de Notre-Dame de Valcluse -, cette plaine voit cohabiter des résidences, une zone d’activité ainsi que de nombreuses terrasses d’oliviers, l’arbre méditerranéen par excellence. Tout au nord, se trouve la colline de Peygros. Pendant des siècles, les communautés de Grasse et d’Auribeau-sur-Siagne y ont conduit leurs troupeaux et en ont tiré leur bois de chauffage. Privés de cultures, ces lieux étaient appelés maures ou terres gastes. Dans cette même direction, en arrière plan, les contreforts des massifs préalpins forment une frontière entre la zone des collines qui courent vers la mer et les hauts plateaux des Préalpes de Grasse. Au loin, au centre du paysage, le Haut Montet, qui culmine à plus de mille trois cent trente mètres d’altitude, est reconnaissable par la station météorologique qui se dresse à son sommet.