Gattières

Dominant le Var, la commune s’étend sur 1 003 ha, formant une corniche, qui porte le village à mi-pente, puis une pointe inculte s’étirant vers la montagne du Chier, avec au centre le sommet du Perséguier (902 m).

Image en taille réelle, .JPG 672Ko (fenêtre modale)|

L’origine du village remonte à 1037 lorsqu’un lieu habité du nom de Villa Gaterias apparaît dans les archives.  Ces dernières indiquent également qu’à la date de 1235 ce même lieu était fortifié.  Le site que l’agglomération occupe aujourd’hui, un bout d’éperon  perché à une altitude de 295 m, montre toujours une structure partiellement concentrique attestant de son rôle défensif.

Outre l’église du village, dédiée à saint Nicolas et citée en 1278, deux autres églises médiévales sont connues à l’extérieur de l’agglomération. D’abord Saint-Estève (Saint-Etienne), à la localisation imprécise, qui pourrait être la première paroisse de Gattières dès 1037. Par la suite, au moins depuis 1312, elle est mentionnée comme appartenant au territoire de La Gaude. Notre-Dame-du-Var, apparue en 1247, se trouvait non loin du lit du fleuve dont elle protégeait le passage à gué. D’ailleurs, le nom de Gattières pourrait dériver du niçois gat (gué).

Bien que située sur la rive droite du Var, Gattières faisait partie du comté de Nice jusqu’en 1760 et subit pour cela, à plusieurs reprises de 1691 à 1748, d’importants dommages dus au passage des troupes françaises. Inféodée aux Grimaldi jusqu’au XVIIe siècle, la communauté se trouvait placée sous la juridiction épiscopale de l’évêque de Vence, malgré son appartenance à la Savoie.

 

En 1892, le passage de la voie des chemins de fer du Sud de la France, en contrebas du village, et la construction du pont de la Manda vinrent rompre l’isolement du village,  préoccupation constante des Gattiérois qui voulaient exporter leurs productions agricoles. De ce passé, Gattières garde une riche plaine alluviale en bordure du Var où poussent des cultures maraîchères, horticoles et fruitières de grande qualité. Sur les coteaux, vignes et orangers ont disparu, remplacés par de nombreuses résidences individuelles, comme dans le quartier de Super Gattières.