Le Bar-sur-Loup

L'habitat fortifié du Bar, mentionné pour la première fois en 1155, possède déjà une église à cette date.

Image en taille réelle, .JPG 166Ko (fenêtre modale)|

Mais les mentions, dès 1058, de deux personnages de haut rang social portant le nom du Bar, laissent entendre que le château pourrait exister dès cette époque.

Le château a été reconstruit ou rénové à plusieurs reprises, au cours du Moyen Age et de l'époque moderne, par les seigneurs du Bar membres de la famille de Grasse.

Il en a été de même pour l'église. Le village du Bar, déjà important à la fin du Moyen Age, a continué à se développer au début de l'époque moderne en débordant largement son enceinte médiévale.

La Malle est un territoire mentionné en 1226, qui s'étend sur une partie des communes actuelles du Bar-sur-Loup, de Gourdon, Grasse et Saint-Vallier-de-Thiey.

L'un des quartiers de ce territoire, anciennement dénommé Agantène, possède un habitat fortifié pourvu d'une église, qui se trouve aujourd'hui sur la commune du Bar-sur-Loup.

Ni cet habitat, ni son lieu de culte ne sont mentionnés au Moyen Age, mais de nombreux membres d'une famille de ce nom sont cités à partir de 1125 ; l'un d'eux est consul de Grasse, en 1201.

Par la suite, le quartier a délaissé son ancien nom pour prendre celui du titulaire de l'église d'Agantène, saint Christophe, mentionné en 1762.

On y voit encore les traces du château et les ruines de l'église, à 1 kilomètre au nord-ouest de la bastide de ce nom.