Roquebillière

Un lieu dénommé Roquebillière est cité au milieu du XIe siècle.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Il est mentionné comme habitat fortifié dans la première moitié du XIIIe siècle et a été accompagné d'un village et d'une église mentionnée en 1376.

Nous ne savons pas s'ils étaient déjà situés à l'emplacement de l'ancienne agglomération de Roquebillière, dite Roquebillière-le-Vieux. En 1388, seul le village
est mentionné et non le château. Ce village de Roquebillière est en grande partie détruit par un glissement de terrain, en 1926. Il est reconstruit sur un site neuf, sur l'autre rive de la Vésubie et constitue l'agglomération actuelle.

Roquebillière-le-Vieux possédait une église paroissiale dédiée aux saints Michel et Julien.
Une nouvelle église, dédiée au Cœur immaculé de Marie, a été construite à Roquebillière-le-Neuf

Un habitat fortifié dénommé Châteauvieux est mentionné dans la première moitié du XIIIe siècle, mais il est déjà cité comme habitat fortifié détruit en 1252. Nous ne savons pas exactement où le situer, mais ce nom est conservé dans le toponyme Cime de Castel Vieil, à 2 kilomètres au nord-ouest de Roquebillière-le-Neuf.

Un domaine dénommé Gast est mentionné dans la seconde moitié du XIe siècle.
Son église est mentionnée en 1141, alors qu'elle est confiée à l'ordre des Hospitaliers.
Elle a été reconstruite en 1533, peut-être au même emplacement où nous la voyons aujourd'hui sous le nom de Saint-Michel de Gast.

Un lieu habité dénommé Gordolon et son église Notre-Dame sont mentionnés dans la seconde moitié du XIe siècle. Gordolon est signalé comme habitat fortifié dans la première moitié du XIIIe siècle, mais il est déjà cité comme habitat fortifié détruit en 1252. En 1388, seul l'habitat de Gordolon est mentionné et non le château. Nous ne savons pas exactement où le situer, mais ce toponyme est conservé comme nom d'un quartier, 1,5 kilomètres au sud de Roquebillière-le-Neuf. La façon dont sont découpées les limites de la commune suggère que Roquebillière a partagé, avec La Bollène, l'ancien territoire de Gordolon.

Les photographies de Victor de Cessole