Plan départemental d'équipement en défibrillateurs cardiaques

Le plan départemental d'équipement en défibrillateurs cardiaques est achevé. Son déploiement a eu lieu de 2007 à 2011 et permet de couvrir depuis 2012 90% des communes des Alpes-Maritimes.

Dans le cadre des mesures de prévention en matière de santé publique et plus spécialement la lutte contre l’arrêt cardiaque, le Département a installé des défibrillateurs sur l’ensemble du département, dans des lieux publics très fréquentés et des sites sportifs, mais aussi dans les communes du haut et moyen pays éloignées des centres de secours. Ainsi, 90% des communes des Alpes-Maritimes sont équipées en défibrillateurs. Il s’agit dans 28% des cas de communes basées sur le littoral, et dans 72% des cas, des communes basées dans le moyen et haut pays.

Le Département a investi près de 600 000 € pour installer progressivement les défibrillateurs.
422 appareils sont à la disposition du public auxquels s’ajoutent 350 défibrillateurs détenus par le SDIS06 et 123 appareils achetés directement par certains établissements à titre privé.

Avec 895 appareils à disposition de la population des Alpes-Maritimes, soit 1 appareil pour 1 500 habitants, le département est l’un des départements de France les mieux pourvus.

Qu’est-ce qu’un défibrillateur ?

Cet appareil permet à toute personne, témoin d’un arrêt cardio-respiratoire, d’intervenir très rapidement et d’augmenter les chances de survie en attendant l’arrivée des secours.

L’arrêt cardiaque est dû à un dysfonctionnement de l’activité électrique associé à un rythme cardiaque anormal appelé fibrillation ventriculaire. Pour que le cœur reprenne son activité normale, il faut donc une « défibrillation » par un choc électrique. Le défibrillateur n’est utilisé qu’en cas de fibrillation ventriculaire.

La défibrillation n’est véritablement utile que si elle est utilisée dans le cadre d’une chaîne de survie adaptée :

  • alerte immédiate du 112 (ou 15 ou 18), même en cas de réalisation d’une défibrillation sur place.
  • les gestes de réanimation cardio-pulmonaire (massage cardiaque et bouche à bouche).
  • la défibrillation, si ces gestes ont été appris.
  • arrivée rapide des secours, d’où la nécessité de commencer la chaîne de survie par l’appel téléphonique, et transfert médicalisé.

La rapidité du geste de défibrillation incorporé à la « chaîne de survie » améliore de façon significative la survie des victimes.

Comment utiliser un défibrillateur ?

Son utilisation est entièrement automatisée. Les avantages sont nombreux :

  • Toute personne peut s’en servir si une personne est en danger (Art R 6311 - 15 du code de santé publique, modifié par le décret du 4 mai 2007)
  • Toujours prêts à l’emploi
  • Fiables et efficaces.