Lutte contre le bruit

Le Port de Nice ayant été transféré au Département des Alpes Maritimes début 2007, le Département s’est engagé à prendre les dispositions pour mesurer de manière permanente les nuisances sonores générées par les activités portuaires.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

La mesure acoustique au Port de Nice

Une station de mesure acoustique a donc été  installée en 2007 sur le quai Ile de beauté au Port de Nice, près des analyseurs mesurant la qualité de l’air. Elle  transmet par informatique les données recueillies.

L’interprétation  de ces données s’appuie sur les recueils des activités portuaires et les évaluations du trafic routier ambiant quand elles sont disponibles. Deux autres balises  mobiles sont installées: une près du quai Amiral Infernet pour les bateaux cimentiers et une en bout de Quai du Commerce  pour les bateaux de croisière et le trafic Corse.

Le but de cette étude est d’établir des corrélations entre le bruit enregistré  et le mouvement des bateaux dans le port. Ainsi les émergences liées à ces bateaux peuvent atteindre 8 à 10 Décibels en plus du bruit résiduel lié lui, au trafic urbain.

Le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE)

Suite au décret n° 2006-361 du 24 mars 2006 relatif à l’établissement des cartes de bruit et des plans de prévention du bruit dans l’environnement, le département des Alpes-Maritimes a la charge de récupérer auprès de la Direction Départementale de l’Equipement les cartes routières  du  bruit ayant fait l’objet d’un arrêté préfectoral et d’élaborer un Plan de Prévention du Bruit pour l’ensemble de ses infrastructures routières départementales supportant un trafic supérieur à 6 millions de véhicules par an (16 434 véhicules/jour).

En parallèle, des mesures du bruit complémentaires et ponctuelles seront programmées sur les zones dites critiques et recensées dans la  cartographie.

Ce projet de plan qui débutera en 2009, devra identifier les mesures visant à prévenir ou réduire le bruit dans l’environnement, arrêtées au cours des dix années précédentes ainsi que celles prises pour les cinq ans à venir.

Ce Plan va mettre en évidence les secteurs impactés : points noirs et zone de conflit au sens de l’arrêté du 4 avril 2006 , identifier également le nombre de personnes impactées en fonction de la densité de logement, repérer  les zones dites sensibles (hôpitaux et établissements scolaires…) et enfin proposer des mesures de rattrapage en en évaluant les coûts.