Rivières et ressources

Les eaux superficielles

Le Département, afin de compléter ses actions sur le fonctionnement des stations d'épuration, réalise des études hydrobiologiques sur les cours d'eau de manière à mesurer l'impact des rejets relatifs à l'activité humaine sur la qualité de l’eau.

Suivi hydrobiologique des cours d'eau.

Ce suivi départemental de la qualité des rivières, conventionné avec l'Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse et mené par un technicien hydrobiologiste depuis 1993, a permis de dresser un bilan de qualité détaillé sur chacun des principaux bassins-versants du département.
Aujourd’hui, le réseau de mesures départemental compte une quarantaine de points stratégiques de prélèvements dont la fréquence de suivi est biennale.

Quels objectifs ?

  • Atteindre une connaissance précise des rivières et des fleuves du département
  • Mettre en évidence les principales sources de pollution, notamment l’impact des rejets des stations d’épuration
  • Vérifier la concordance entre la qualité des milieux et les objectifs de « bon état écologique » fixés par la Directive Cadre européenne sur l’Eau.

Méthode et paramètres suivis

Les études, qui se déclinent en 4 campagnes de prélèvements (une par trimestre), se composent de mesures de débit, de mesures sur sites (pH, température, oxygène dissous, conductivité) et d’analyses physico-chimiques (18 paramètres).

Ces campagnes trimestrielles donnent également lieu, en période d’étiage, à des prélèvements de faune (macroinvertébrés) et de flore (diatomées) aquatiques qui conduisent au calcul d’indices biologiques révélateurs de la qualité globale du cours d’eau.

Dans cette rubrique

  • Les eaux superficielles

    Le Département, afin de compléter ses actions sur le fonctionnement des stations d'épuration, réalise des études hydrobiologiques sur les cours d'eau de manière à mesurer l'impact des rejets relatifs à l'activité humaine sur la qualité de l’eau.

  • Les eaux souterraines

    Les nappes d’eau souterraine des Alpes-Maritimes constituent potentiellement une ressource en eau potable d’intérêt départemental, à l’instar de la nappe du fleuve Var qui assure 25% de la production actuelle du département

  • La Cagne

    Le bassin versant1 de la Cagne abrite des milieux remarquables de la région méditerranéenne mais subit une forte pression humaine notamment sur sa partie aval.