La Gaude

Le territoire communal, d’une superficie de 1 310 ha, est formé de collines boisées dont l’altitude ne dépasse pas 349 m.

Image en taille réelle, .JPG 289Ko (fenêtre modale)|

Il est bordé par la Cagne, à l’ouest, et le Var, à l’est. Une occupation romaine est attestée par la mise à jour d’une chaussée antique orientée est-ouest qui reliait le quartier des Terres Blanches à  la cité de Vence, et par la présence au quartier des Bastides de cuves sépulcrales, datées du IIe ou du IIIe siècle, et de tombes sous tegulae. L’origine du nom de la commune vient peut-être du germanique walda (forêt) ou du latin gabata (auge, bassin, creux de terrain).  Dans la deuxième moitié du XIe siècle, un lieu habité nommé Alagauda apparaît dans les archives. On sait aussi que ce nom était porté par les membres d’une famille de haut rang dès 1033. Le site de ce premier village devait être localisé autour du château de La Gaude, aujourd’hui situé sur le territoire de la commune de Saint-Jeannet. Au pied du château, la première église paroissiale de La Gaude, dédiée à saint Pierre, est également mentionnée vers 1075.

 

à la fin du Moyen Âge, le village puis le château furent abandonnés. Vers le XVIe siècle, un nouvel édifice connu sous le nom de Grande Bastide, jouant à la fois le rôle de château et de centre d'exploitation agricole, fut construit à 300 m à l'ouest de l'ancien château, à ses pieds. Parallèlement, quartier de Trigans, un village se reconstitua progressivement au début de l'époque moderne. En 1617, il était assez développé pour qu'une nouvelle église paroissiale y soit édifiée, également dédiée à saint Pierre. En 1599, La Gaude fut détachée de Saint-Jeannet et devint une communauté d’habitants indépendante. Les Gaudois tiraient leurs ressources de l’agriculture, et notamment de la vigne, dont ils faisaient un vin réputé, et de la fleur d’oranger, dont la production connut son apogée entre 1920 et 1929. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, c’est l’implantation (1960) du centre de recherches d’IBM qui est à l’origine du fort développement démographique de la commune.