Rimplas

Le village de Rimplas est édifié à 1 012 mètres d’altitude sur une croupe rocheuse formant col, à cheval sur les deux vallées de la Tinée et sur le Val de Blore.

Image en taille réelle, .JPG 265Ko (fenêtre modale)|

Son territoire de  2 495 ha est entièrement escarpé, compris entre 400 m au point le plus bas (confluent de la Tinée et du Bramafan) et  2 651 m (Cime des Lauses). Son nom serait la transformation de Rege-Placito, orthographié par la suite Raimplas ou Raymplas.

Le village possédait un château dont la construction, attribuée à Alphonse Ier, roi d’Aragon et comte de Provence, remonterait au Moyen Âge. Les vestiges de l’édifice, à l’emplacement de l’actuel fort Maginot, étaient encore visibles au XIXe siècle. Fief des Grimaldi de Beuil depuis 1458, Rimplas fut même érigé en comté en 1671, ce qui permit à son seigneur de devenir comte…Pourtant, ses habitants souffraient d’une pauvreté endémique en raison d’un terroir particulièrement ingrat.

De plus l’agglomération fut victime à plusieurs reprises des invasions du comté de Nice par les armées françaises, en 1544 puis en 1747, où à chaque fois le village fut incendié. Jusqu’au début du XXe siècle, les Rimplassois vivaient dans de modestes maisons aux murs non crépis, groupées autour de l’église.  Isolé en raison du mauvais état des chemins y conduisant, Rimplas vivait en autarcie.

Chaque famille produisait à peu près tout, en petite quantité : froment, seigle, méteil, légumes, vin,  pommes de terre à partir de la fin du XVIIIe siècle, noix, châtaignes…S’y ajoutait la possession de moutons, de chèvres et parfois de vaches,  d’un grand rapport. La municipalité tirait d’importants revenus des pâturages communaux situés en altitude, à la Montagnola où se trouvait la vacherie communale et dans la forêt de Vellaï, à proximité du hameau de Lioma - Liouma pour les Rimplassois- où vivaient six ou sept familles.