L'historien André Compan voit dans le nom d'Utelle la base pré-celtique ut, qui signifie promontoire, point de vue. Situé en position dominante, environné de sommets majestueux et administrant un vaste territoire communal de 6 797 ha aux forts contrastes mais où se sont développés d'agréables et nombreux hameaux, Utelle est parmi les plus beaux villages du département. Sa richesse architecturale et l'harmonie de son développement urbain témoignent de son importance passée. Dès l'Antiquité, une organisation humaine est attestée par des tombes sous tegulae, des vases funéraires et un fragment d'épitaphe. C'est au Moyen Âge cependant que s'affirma la prospérité d'Utelle. Ses chartes anciennes révèlent les ambitions d'une communauté farouchement attachée à son indépendance et à la reconnaissance de ses privilèges, confirmés dès 1552 par la reine Jeanne. À cette époque est déjà mentionné un castrum dont rien ne subsiste aujourd'hui. La communauté s'administrait elle-même selon les règles d'un statut municipal établi en 1533; sa principale richesse était la forêt de Manoinas sur les pentes du Tournairet (Granges de la Brasque) dont on exploitait les mélèzes et sapins, à laquelle s'ajoutaient les activités traditionnelles d'élevage et d'agriculture. En 1388, la Dédition à la maison de Savoie plaça Utelle en position centrale dans les échanges entre Barcelonnette et Nice, situation renforcée par l'achèvement en 1434 du chemin entre Nice et Turin. Sa position stratégique lui valut de souffrir des combats lors de la Révolution. Au XIXe siècle, les visiteurs découvrent un village évolué, riche d'une organisation sociale diversifiée et stable où la piété a fait naître une multitude de constructions religieuses. Aujourd'hui, Utelle conserve une forte attractivité touristique grâce à un incomparable patrimoine architectural.