Amédée VIII, duc et pape (1391-1440)

Le comte de Savoie avait investi la Provence à l’est du Var mais rien n’était résolu en droit vis-à-vis de Louis d’Anjou lorsqu’en 1391 Amédée VIII encore mineur succéda à son père. Sous la protection du puissant duc de Bourgogne  par la promesse de mariage avec sa fille, Amédée VIII bénéficiait de solides liens familiaux avec les princes français qui constituaient un atout pour préserver ses conquêtes provençales confortées par une longue trêve avec Louis d’Anjou. La menace vint des frères de Grimaldi qui tentèrent d’étendre leur puissance seigneuriale en s’emparant de Monaco en 1395 mais ils échouèrent à Vintimille et furent emprisonnés par les Génois. Libérés en 1397, ils se réfugièrent sur leurs terres et entretinrent les troubles à Nice. Ce n’est qu’en 1400 que le comte de Savoie obtint leur soumission moyennant le paiement d’une pension et pût consolider son pouvoir à Nice en nommant un gouverneur savoyard. Amédée VIII que l’empereur avait élevé à la dignité de duc en 1416 assura définitivement sa possession des « Terres Neuves de Provence » en profitant de la minorité de Louis III d’Anjou pour imposer en 1419 un accord d’abandon réciproque des revendications territoriales pour l’un, du dédommagement des frais militaires pour l’autre. L’année suivante Amédée VIII fit un court séjour à Nice, le seul de son long règne qui s’acheva en 1439 lorsqu’il fut élu pape sous le nom de Félix V.

 

Image en taille réelle, .JPG 136Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 145Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 139Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 151Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 149Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 155Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 121Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 157Ko (fenêtre modale)|