Les Alpes-Maritimes au XIXe siècle

De l’Empire à la République (1870-1879)

Le régime impérial s’effondre brutalement à la suite des premiers revers de la guerre franco-prussienne. Le 4 septembre 1870, deux jours après le désastre de Sedan, la République est proclamée et un gouvernement de défense nationale constitué à l’Hôtel de ville de Paris.

Ce gouvernement ne parvient pas à rétablir la situation militaire ; la capitale est assiégée par les Prussiens. L’Assemblée constituante élue en février 1871 est favorable à la paix. Elle désigne Adolphe Thiers comme « chef du pouvoir exécutif de la République française ». Celui-ci signe, le 10 mai 1871, le traité de Francfort qui cède l’Alsace et le Nord de la Lorraine à l’Allemagne.

Les Parisiens, qui ont beaucoup souffert du siège de la ville durant l’hiver 1870-1871, considèrent la capitulation comme une trahison. À partir du 18 mars, une insurrection spontanée gagne toute la capitale : c’est la Commune de Paris. Le gouvernement se retire à Versailles. En province, d’autres Communes sont rapidement écrasées. Du 21 au 28 mai, les «Versaillais » donnent l’assaut à la capitale ; c’est la « semaine sanglante » qui se traduit par l’exécution ou la déportation de milliers de communards.

À Nice, ces événements provoquent l’apparition d’un mouvement séparatiste hostile à la France. La jeune République reste menacée par une possible restauration monarchique, d’autant plus que le maréchal de Mac-Mahon, élu président en 1873, y est favorable. Cependant, en 1875, les lois constitutionnelles donnent naissance à un nouveau régime qualifié in extremis de « république ».

Dans les années qui suivent, les républicains progressent dans le pays : ils sont majoritaires à la Chambre des députés élue en 1876 puis au Sénat en 1879. Leur victoire est consacrée par la démission de Mac-Mahon, remplacé à la présidence par le républicain Jules Grévy. Désormais les républicains sont maîtres des pouvoirs exécutif et législatif.

Dates-repères

  • 4 septembre 1870 : proclamation de la IIIème République
  • 18 mars au 28 mai 1871 : Commune de Paris
  • 21 au 28 mai 1871 : la « semaine sanglante » (20 000 exécutions sommaires)
  • mai 1871 : perte de l’Alsace et du nord de la Lorraine mai
  • 1873 : Mac-Mahon, président de la République pour sept ans janvier à juillet
  • 1875 : lois constitutionnelles
  • 30 janvier 1879 : démission de Mac-Mahon

Visite du roi de Prusse sur le champ de bataille de Sedan, gravure extraite de L'Illustration - Image en taille réelle, .JPG 131Ko (fenêtre modale)|

 

Le siège de Paris par les Allemands, gravure extraite de l'Illustration - Image en taille réelle, .JPG 142Ko (fenêtre modale)|

 

Gravure portrait de Léon Gambetta, Le monde Illustré, 4 février 1871 - Image en taille réelle, .JPG 142Ko (fenêtre modale)|

 

Annonce de la proclamation de la République et de la formation d'un gouvernement de défense nationale, 4 septembre 1870 - Image en taille réelle, .JPG 187Ko (fenêtre modale)|

 

L'assemblée nationale élue le 8 février 1871 - Image en taille réelle, .JPG 124Ko (fenêtre modale)|

 

La constitution de la 3ème République - Image en taille réelle, .JPG 81Ko (fenêtre modale)|

 

Annonce de la tentative d'instauration de la Commune dans les Alpes-Maritimes - Image en taille réelle, .JPG 178Ko (fenêtre modale)|

 

Exécution des communards, gravure extraite de L'Illustration - Image en taille réelle, .JPG 125Ko (fenêtre modale)|

 

Les élections du 14 octobre 1877, gravure extraite de L'Illustration - Image en taille réelle, .JPG 147Ko (fenêtre modale)|

 

Annonce de la démission du maréchal de Mac Mahon, Le Phare du Littoral, 3 février 1879 - Image en taille réelle, .JPG 151Ko (fenêtre modale)|