Archives départementales

Paléographie

Découvrez l'ensemble des textes de paléographie. Nos lecteurs étant souvent confrontés à des problèmes de lecture des écritures anciennes, nous proposons dans cette rubrique divers textes correspondant à l'évolution de l'écriture du XVe au XVIIIe siècles, sélectionnés dans les collections des Archives départementales des Alpes-Maritimes. Ils sont accompagnés d'une transcription. Cette série s'enrichira progressivement de nouveaux exercices.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Le texte de paléographie du trimestre

Niveau débutant-confirmé

Le comte François de Théas a laissé dans ses écrits inédits un incomparable témoignage sur son temps. Désireux d’obtenir un poste au fort d’Antibes, il tente d’être introduit auprès de personnes influentes

Image en taille réelle, .JPG 652Ko (fenêtre modale)|© DR

Voir la transcription

1.            Le 10 mars 1758

2.            j’ay vu Mr de Bourcet et luy ai parlé de mon affaire. Il

3.            me dit en avoir parlé hier à d’Antoine qui luy dit quil ne

4.            croyoit pas quelle se fit. Je luy demanday sil connaissoit

5.            Mr le cte de Noailles asses pour luy parler de moy. Il me

6.            repondit que Mr le Cte de Noailles le connaissoit et laimoit

7.            beaucoup, mais qu’il ne pouvoit rien obtenir pour luy meme.

8.            Je vis Mr d’Antoine : il me parut que les conversations

9.            quil avoit eu au sujet de mon affaire l’avoient fait

10.          changer d’idée ; il nen avoit pas vu d’abord les difficultés

11.          reelles. La 1ere qui se presenta à luy, ce fut de faire parler Me

12.          Infante, dans cette 2e reprise il me fit des difficultés

13.          sur la double grace que postuloit Mr de Sade

14.          et il reprit celle de l’interesser la dedans assez

15.          pour qu’elle cherchat à vaincre les obstacles. Mr de Sade

16.          netant pas plus connu de Me Infante, et plus

17.          en droit de reclamer ses bontes que tous les commandans

18.          de place qui s’étoient trouvez sur son chemin.

19.          Je rencontray Mr le Cte de Noailles a la galerie

 

Le comte François de Théas a laissé dans ses écrits inédits un incomparable témoignage sur son temps.

Aux textes philosophiques, historiques, politiques ou militaires s’ajoutent ses réflexions désabusées sur la cour de Versailles. 
Dans une série de lettres, il dénonce la vie « bien vuide » que mènent les grands, contraints de se montrer dans une infinité d’endroits, de courir pour ne pas manquer son monde : « Comme il y en a tant à voir, la liste n’est pas coulée à fond qu’il est temps de recommencer. On veut être au Lever , au Dîner, au Débotté, à l’Ordre ». Train brillant, fêtes et jeu endettent les courtisans mais il faut être à la cour pour obtenir des faveurs et des places. Le comte de Thorenc fait lui aussi partie de ces nobles de province qui cherchent à approcher les puissants pour faire carrière.

Désireux d’obtenir un poste au fort d’Antibes, il tente d’être introduit auprès des maréchaux comme Castries, Maillebois et Belle Isle qui vient d’être nommé secrétaire d’Etat à la guerre. Le hasard place sur son chemin Madame de Pompadour, la toute puissante maîtresse du roi.

La suite de la lettre poursuit :

« tandis que je cherchais d’Antoine pour laller chercher chez luy. Je le priay de trouver bon que je profitasse du moment pour lui rendre une lettre de Mr de Sade. Il la demanda, la lut en chemin faisant et de la première lecture il sentit les difficultés de cette affaire. Il massura qu’elle netoit point faisable dans ce temps-cy attendu que tout le monde meritoit et quil y avoit nombre de lieutenants colonels qui demandoient et que ce seroit les mettre en droit de crier si jobtenais une place quils s’estimeroient heureux d’avoir. En temps de paix, dit-il, ces sortes de choses là sont faisables, mais il n’y faut pas songer a present. Je lui dis que Mr de Sade se flattoit de son appuy aupres de Me Infante ; il me répondit quil en parleroit à Mr le marechal de Belisle. Je revins à la charge, il me fit la meme reponse. Lorsque j’ajoutay enfin que Me Infante étoit la plus sûre voie de reussir, il me dit quil luy en parleroit. Le 11 mars Mr de Bompar dîna chez le maréchal, Mr de Raymond aussi. J’eus soin de m’y rendre dabord appres le diner. Je les y trouvay. Mr de Bompar dit au marechal que j’étais son proche parent et que javais une grace a lui demander. Mr de Raymond vint à l’appuy de cela et Mr de Maillebois et le marechal de Castries se joignirent aux deux premiers et parlèrent de moy à Mr le marechal. Je lui presentay les lettres de Mr de Marcieu et de Mr de Sade, il ne les lut pas et me dit quil lui falloit encore trois semaines et quil verroit ensuite ce quil pourroit faire pour moy. Je remerciay Mr de Maillebois et M. de Castries. Le 16 me promenant avec Mr et Madame de Bourcet sur la terrasse du château du coté de la chapelle, Madame Bourcet vit le carrosse de Madame de Pompadour, elle voulut la voir partir et elle sareta sur la terrasse. Peu appres Mme de Pompadour sort de ches elle et vient sy promener. Apercevant Mr Bourcet, elle lapelle et luy demande avec qui il se promene. Il nomme Mme Bourcet, elle veut la voir, il lappelle. Ne vous trouvez-vous pas bien heureuse, Madame, lui dit-elle, d’avoir un mary dun merite aussi distingué ; il a de bons amis. Je le trouverais bien heureux, Madame, répondit Madame Bourcet, sil pouvoit se flatter que vous fussiez du nombre. Madame de Pompadour voulut savoir de Mr Bourcet qui jetais. Il luy dit cest un gentilhomme de Provence a la tete du Regiment de Vermandois, qui est icy pour deux objets. Le premier est detre placé à Antibes ou il voudroit remplacer Mr de Sade son parent. Comme il a des terres dans ce pais la et quil connoit bien la frontiere il conviendroit fort dans cette place la. Madame la marquise répondit  mais il est bien jeune pour etre placé. Alors Mr Bourcet dit  son second objet est de faire la campagne dans letat major de l’armée, sil ne reussit pas dans le premier. Me la marquise dit de larmée de Soubise sans doute  Oui, Madame. La conversation finit la. Elle fit une reverence à Me et Mr Bourcet et j’eus une petite inclination de tete. Le 2 avril je rencontray Mg leveque d’Orleans. Monseigneur, j’ai pris la liberté de vous écrire, ne pensant pas avoir lhonneur de vous voir. Jay vu votre lettre, me dit-il. Nay-je pas été trop impatient, ajoutay-je. Non, dit-il. Oseray-je me flatter que vous voudrez bien parler à Mr le marechal de Belisle de laffaire qui fait le sujet de la lettre ? il me dit Je luy en parleray quand je le verray ».

 

Source : Arch. dép. Alpes-Maritimes, 25 J 153. Édité dans J.-B. Lacroix dir., Trésors d’archives. Mille ans d’histoire, Conseil général des Alpes-Maritimes.

Accédez aux textes de paléographie

XVIe siècle

1521 Inventaire des meubles de la forteresse de Nice

Niveau confirmé.

Inventaire des biens tant armes, munitions, nourriture et linge se trouvant dans le château de Nice.

1537 Des pertes de vin à la forteresse de Nice

Niveau débutant.

Le duc de Savoie Charles II dédommage le capitaine de la forteresse de Nice pour des pertes de vin. La lettre est signée de Nice, le duc y séjournant suite à la perte du reste de ses États de Savoie.

1542 Tenir un bien

Niveau débutant.

Le 26 janvier 1542, Liquin Aicardo de Saint-Laurent reconnaît à Antoine de Villeneuve tenir en emphytéose perpétuelle le bien qui appartenait à François Blanc, au vallon de la Sorbière.

1543 Le siège de Nice

Niveau confirmé.

Dans son minutier de 1543, François Arnulphy, notaire du Broc, relate le siège de Nice par les Turcs.

1543 Dépenses pour soutenir le siège de Nice

Niveau débutant.

Les archives comptables de la Maison de Savoie donnent des détails de première main sur les hommes qui se sont illustrés au siège de Nice pour sauver les remparts et attaquer les positions ennemies.

1548-1568 Un vol de matériel de labour

Niveau débutant.
Dans cet extrait du registre des audiences de la justice seigneuriale de Saint-Vallier, vous trouverez le genre de châtiment infligé aux voleurs de charrues.

1550 Le duc de Savoie dépêche son confesseur pour affaires à Nice

Niveau débutant.

Une série de pièces de comptes du receveur de Nice Cossan atteste de paiements de pensions, de frais de voyages et de commandes de mets ou de médicaments par le duc Charles III de Savoie (1504-Verceil, 17 août 1553).

1551 Pêche au corail

Niveau confirmé.
Le 2 février 1551, un patron cannois s’engage à trouver deux mariniers et à organiser une saison de pêche au corail au large de la Sardaigne.

1552 Une cérémonie d'hommage

Niveau débutant-confirmé.
Le 1er janvier 1152, un laboureur de Saint-Léger prête hommage à Georges de Castellane, seigneur de Daluis

1552 Quand la maladie empêche les souverains de signer

Niveau débutant-confirmé.
On y trouve la mention d’une pension à vie pour une veuve, une pension de réversion avant l’heure…  L’intérêt du document réside aussi dans les détails sur la santé du duc, empêché de signer.

1553 Le duc de Savoie veut des eaux et confitures de romarin du comté de Nice

Niveau débutant

Une série de pièces de comptes du receveur de Nice Cossan atteste de commandes de mets ou de médicaments par le duc Charles III de Savoie (1504-Verceil, 17 août 1553), quelques jours avant sa mort.

1553 Le duc de Savoie veut des confitures de citron du comté de Nice

Niveau confirmé.

Une série de pièces de comptes du receveur de Nice Cossan atteste de commandes de mets ou de médicaments par le duc Charles III de Savoie (1504-Verceil, 17 août 1553), quelques semaines avant sa mort.

1564 La terre tremble

Niveau confirmé.

Dans ses registres de minutes, le notaire du Broc Arnulfi, note les événements marquant son village et la région, notamment le tremblement de terre de 1564 et ses répliques durant quatre mois.

1579-1580 Un notaire poète

Niveau débutant.

Sur la page de garde de son minutier, Honoré Calvy notaire royal à Antibes note un poème de sa composition.

1580 Un notaire poète (suite)

Niveau débutant.

Sur la page de garde de son minutier, Honoré Calvy notaire royal d’Antibes note un poème de sa composition.

1599 Une guérison miraculeuse

Niveau débutant.

Ce texte écrit en avril 1599 relate la guérison d’un cas de folie par le sacrement de confirmation donné par Guillaume Le Blanc évêque de Vence et de Grasse. La scène se passe à Pontoise.

XVIIe siècle

1603 Actes de baptême en la paroisse de Coursegoules

Niveau confirmé.

1609 Expertise des fortifications de Guillaumes

Niveau débutant.

En 1609, à la demande de la communauté de Guillaumes, le juge royal de la ville de Castellanne est commis par la Cour des comptes de Provence pour expertiser les fortifications de Guillaumes, ville frontière, menacées par les crues du Var et du Tuebi.

1612 Une île à vendre

Niveau débutant.

L’administration royale se préoccupe de la défense des côtes et s’intéresse aux îles de Lérins, propriété des moines, pour y implanter un fort.

1612 Don d'une ceinture d'argent

Niveau confirmé.

Le 18 février 1612, mariage entre Anthoine Ripert et Jannette Ponse de Grasse.

1614 Recommander son âme à Dieu

Niveau confirmé.

Testament de Honnorade Macariesse, femme de Guilhaumes Giraud de Grasse, 18 avril 1614

1616 Catholisation

Niveau débutant.

Conversion de David Jansen Ravestein, artiste hollandais, en 1616 à Antibes.

1642 Commande de 400 paires de souliers à Antibes en 1642

Niveau expert.

En 1642, une industrie de la chaussure existe déjà. Louis d’Arbes, marchand d’Aix commande une série de 800 souliers aux maîtres cordonniers Anthoine Raibaud de Grasse et Jehan Don d’Antibes, en précisant de façon détaillée tous les modèles souhaités chez le notaire Donat Lausse d’Antibes.

1645 Un apprentissage particulier

Niveau débutant.

Contrat d'apprentissage d'un aveugle pour jouer du violon.

1656 Une agression sur les chemins

Niveau débutant.

Le 5 septembre 1656, un habitant de Carros, qui se rendait en pèlerinage à Saint-Pons de Nice, est agressé par deux bandits à proximité du Var.

1658 Un maitre charpentier construit une barque

Niveau confirmé.

Devant Maître Honoré Gazan d’Antibes, le 26 janvier 1658, un maître charpentier promet de réaliser une barque à deux mâts.

1666 Un Vençois esclave à Tunis

Niveau débutant.

Le 21 septembre 1666, la communauté de Vence décide le rachat de Jean-Lazare Gilly, esclave à Tunis.

1668 Construction d’un moulin à Vallauris

Niveau débutant.

Le 7 août 1668, Baptiste Riouffou maître d'aisse et Honoré Jaconin, maçon, promettent d'édifier un moulin

1677 Une chapelle champêtre incommode et à réparer

Niveau confirmé.

En 1677, Monseigneur Louis de Thomassin, évêque de Vence, réalise une tournée de visites pastorales dans ses paroisses et rappelle des préconisations faites en 1673 pour entretenir la chapelle Notre-Dame de Verdelaye (aujourd'hui parfaitement en ruines). Le confort de certaines chapelles champêtres était tout à fait limité…

1689 Achat d'une nouvelle cloche

Niveau confirmé.

Achat d’une nouvelle cloche en 1689 pour l’église d’Antibes

1697 Une question de rang

Niveau débutant.

Procès-verbal dressé par André Josseran, lieutenant du juge du Broc, contre un certain Nicolas pour des insultes et des propos séditieux prononcés contre lui à la fête de Saint-Antoine, 17 janvier 1697.

1699 Le casse-tête des mesures sous l'Ancien Régime à Nice

Niveau débutant

Avant l’imposition des mesures décimales par la Révolution française en 1795, chaque contrée avait ses mesures. Voici un petit mémoire permettant quelques conversions à Nice à l’orée du XVIIIe siècle.

http://www.cg06.fr/cms/cg06/upload/decouvrir-les-am/fr/gallery/dpatrimoine/recettedencre_H1.jpg

Entre 1640 et 1789 Recette pour faire revenir l'encre effacée à Lerins

Niveau débutant.

En 1640 et 1641, les religieux de l’abbaye de Lérins dressent l’inventaire de leurs archives dans quatre gros volumes. Une main postérieure a glissé à la fin du premier registre une recette pour lire les encres effacées.

XVIIIe siècle

1703 Vol de troupeau dans les iscles du Var

Niveau débutant.

17 septembre 1703, procès entre Jean-François Henri de Pisany, seigneur de Saint-Laurent et du Puget, et Barthélémy Cotte de Nice, accusé de l'enlèvement de deux hommes, de menaces de duel et de vol de chèvres et de bois sur des îles du Var.

1714 Un séjour royal, texte en italien

Niveau confirmé.

Séjour de Victor-Amédée à Nice en 1714.

1715 L'aide aux pauvres à Vence

Niveau débutant.

Dans une délibération des 16 et 17 octobre 1715, le bureau de charité de Vence, récemment créé, organise le recensement des pauvres.

1722 Se protéger contre la contagion

Niveau débutant.

Dépenses pour établir un cordon sanitaire à Coursegoules lors de la dernière grande peste arrivée de Marseille

1729 La musique n’adoucit pas toujours les mœurs

Niveau débutant.

En 1729, Mathieu Raimbert porte plainte devant la justice royale de Grasse, pour avoir été molesté par H. Raybaud.

1736 L'hôpital de Vence en réparation

Niveau débutant.

Par délibération du 15 décembre 1736, la communauté de Vence décide d'entreprendre des travaux dans l'appartement de l'hôpital ; après avoir décrit les travaux envisagés (extrait ci-dessous), elle reçoit, en septembre 1737, les offres de plusieurs maçons.

1760 Le procès d'un suicidé

Niveau débutant-confirmé.

Le suicide qui est condamné par l'Eglise donne lieu à procès sous l'Ancien Régime. Le 1er mars 1760, la sénéchaussée de Grasse prononce une peine exemplaire à l'encontre d'un militaire qui s'est suicidé sur l'île Sainte-Marguerite.

Assistance complémentaire

Vous pouvez vous joindre à notre groupe d'apprentissage de paléographie et de retranscription collaborative en ligne sur Wikisource

Consultez...