Cannes

Un lieu habité dénommé Cannes, doté d'un port, est mentionné dans la première moitié du XIe siècle. Il est pourvu d'une église, mentionnée au début du XIe siècle ; il s'agit de l'ancienne église Saint-Nicolas, aujourd'hui disparue.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Cet habitat a été pourvu d'un château mentionné dès 1131, mais qui ne porte le nom de Cannes qu'à partir du XIIIe siècle. Il se rassemble autour de lui en village, occupant tout d'abord le sommet appelé Le Suquet, puis, dans la seconde moitié du XIVe siècle, se déplaçant sur la pente orientale de ce sommet. La chapelle du château devient église paroissiale, alors dédiée à Notre-Dame.

Durant le XVIe siècle, l'agglomération se développe considérablement, au nord de la colline du Suquet,. A la même époque la fortification de celle-ci est modernisée. Une nouvelle église paroissiale est dressée, de 1628 à 1648 ; l'ancienne église Notre-Dame devient la chapelle Sainte-Anne. L'agglomération se développe de nouveau considérablement à partir de la fin du XIXe siècle.

Arluc est un autre habitat fortifié du territoire de la commune de Cannes. Occupé depuis l'antiquité et vraisemblablement sans interruption durant le haut Moyen Age. La chapelle Saint-Cassien, qui en conserve le souvenir, a été construite de 1653 à 1675.

La plus grande des îles de Lérins, Sainte-Marguerite, comportait un habitat mentionné par les géographes antiques et connu alors sous le nom de Vergoanum. Il en subsistait des restes très importants, lorsque les Espagnols ont occupé les îles, en 1635. Ils les ont réutilisés pour construire une forteresse qui, complétée par Vauban au XVIIIe siècle, est parvenu jusqu'à nous sous le nom de Fort Royal.

La plus petite des îles de Lérins a été choisie au début du Ve siècle pour y fonder une implantation monastique qui devient par la suite l'abbaye Saint-Honnorat. Celle-ci périclite puis disparaît au VIIIe siècle, avant d'être restaurée à l'extrême fin du XIe siècle. Un château est alors dressé sur l'île ; il est traditionnellement daté de la fin du XIe siècle. Il est régulièrement agrandi, principalement au XVe siècle, époque où il devient un monastère fortifié. L'abbaye est sécularisée en 1787.