Enseignement supérieur et recherche

La recherche constitue la source principale de progrès économique, social et culturel et la formation d’étudiants de haut niveau, le meilleur gage de compétitivité pérenne.

Jusqu'en 2015, la politique départementale en matière d'enseignement supérieur-recherche était bâtie autour de quatre axes :

  1. la densification du potentiel d’enseignement supérieur et recherche ;
  2. l’amélioration des conditions de vie et de formation des étudiants ;
  3. l’appui à l’innovation et au transfert de technologies ;
  4. le soutien aux pôles de compétences départementaux.

1 - Densification du potentiel en enseignement supérieur.

Le Département a contribué à renforcer les filières de formation supérieure de haut niveau et à étendre l’implantation d’établissements sur le territoire des Alpes-Maritimes, qui s'est notamment déclinée par :

  • la livraison, à la rentrée de 2012, du Campus SophiaTech, spécialisé en sciences et technologies de l’information et de la communication, réalisé sous maîtrise d’ouvrage départementale ;
  • le soutien à l’extension du campus de l’EDHEC à Nice ;
  • l’aménagement du site universitaire de Saint-Jean d’Angély ;
  • la participation à la création d’un centre de vie sur le campus SKEMA Business à Sophia Antipolis ;
  • la pérennisation d’un premier cycle « Moyen-Orient Méditerranée » de l’Institut des sciences politiques de Paris à Menton, par son installation, à la rentrée de 2011, dans les locaux restaurés de l’ancien hospice Saint Julien.

2 - L’amélioration des conditions de vie et de formation des étudiants.

L’amélioration de la vie des étudiants est devenue une réalité grâce à la restructuration des résidences universitaires du CROUS à Nice, notamment financées par le Département.

Le Conseil départemental a participé au financement de la construction de logements neufs étudiants à Valrose (200) et à Saint-Jean d'Angély (196 logements pur des étudiants, 51 logements pour des chercheurs, ainsi qu'une Maison de l'étudiant).

3 - Le soutien à l'innovation et au transfert de technologies

Par le biais de dotations annuelles en fonctionnement, le Département a soutenu des projets de recherche et la mise en place de plateformes (Télius à Sophia Antipolis), de calcul scientifique sur les sites de Valrose, du Mont Gros et de l'Observatoire de la Côte d'Azur.

A compter de la publication de la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, qui supprime la clause de compétence générale, le Département ne finance plus que des projets inscrits dans le Contrat de Plan État-Région 2015-2020.

Il s'agit d'opérations immobilières contribuant au développement de campus attractifs et fonctionnels et d'amélioration des conditions de vie des étudiants, ainsi que de projets de recherche et d'équipements de plateformes.

4 - Le soutien aux pôles de compétence départementaux.

Ce soutien s'est matérialisé par la participation départementale à des opérations individualisées, notamment dans le cadre du Contrat de Projets État-Région 2007-2013, avec le renforcement des infrastructures des pôles de recherche :

  • pôle santé cancérologie à Nice, réparti sur trois sites :
    • l’Archet II (bâtiment Archimed),
    • le parc Valrose (Institut de biologie)
    • la Tour Pasteur (implantation de l’Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement, opération reprise dans le cadre du programme national campus prometteur) ;
  • pôle sciences de la planète de l'univers et de l'environnement marin : construction d’un bâtiment d’accueil à Villefranche-sur-Mer et regroupement de l’unité mixte de recherche « GéoAzur » à Sophia Antipolis,
  • pôle agrosciences : structuration de la recherche sur la santé des plantes à Sophia Antipolis.