ALCOTRA : programme de coopération territoriale France – Italie

Programme de coopération transfrontalière Italie-France ALCOTRA Dès 1990, la Commission européenne a créé le programme INTERREG I destiné à promouvoir le développement des régions frontalières et à les aider à profiter de l’intégration européenne, en renforçant les coopérations transfrontalières.

Il s’applique aux zones géographiques ayant des frontières contiguës et donc celle des Alpes-Maritimes, dans le cadre du programme dénommé ALCOTRA (Alpes Latines COopération TRAnsfrontalière) avec pour objectif le développement harmonieux du territoire européen en gommant "l’effet frontière" qui sépare la France de l’Italie.


ALCOTRA 2014-2020 est le Vème programme de coopération transfrontalière financé par les fonds structurels, instruments de mise en œuvre de la politique régionale communautaire destinés à financer les programmes pluriannuels de développement régional, établis entre la Commission Européenne, les États membres et les Régions.

Objectif général

L’objectif de ce programme est d’améliorer la qualité de la vie des populations et le développement durable des systèmes économiques et territoriaux transfrontaliers au travers de la coopération dans les domaines de l’économie, de l’environnement et du social.

Dotation du programme

La dotation en FEDER est de 71,7 M€ pour la France.

Périmètre

Pour la France : départements de la Haute-Savoie, de la Savoie, des Hautes Alpes, des Alpes de Haute Provence et des Alpes-Maritimes.


Pour l’Italie : les provinces de Turin et de Cuneo (Région Piémont), d’Imperia (Région Ligurie) et celles de Biella, de Vercelli, d’Asti, d’Alessandria (Région Piémont), et de Savone (Région Ligurie) au titre des provinces adjacentes;


Sont également éligibles :

  • la région autonome Vallée d’Aoste ;
  • les capitales régionales que sont Gênes, Marseille et Lyon, admises sous certaines conditions ;
  • la Principauté de Monaco (sans toutefois pouvoir recevoir de crédits FEDER).

Les objectifs stratégiques retenus sont :

  • pour 80 % de l’enveloppe FEDER : recherche et innovation auprès des PME,
    • changements climatiques, prévention et gestion des risques,
    • protection de l’environnement et promotion de l’utilisation durable des ressources,
    • inclusion sociale.
  • pour les 20% restants :
    • transition vers une économie à faible utilisation de CO2,
    • éducation et formation tout au long de la vie.