Saorge

Jardins du monastère, ancien couvent des franciscains

Entre mer et montagne, un lieu de retraite et de paix.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Image en taille réelle, .JPG 37Ko (fenêtre modale)|

Entre mer et montagne

Image en taille réelle, .JPG 849Ko (fenêtre modale)|© Service Culture CD06

Place forte d’importance sur la route reliant Nice à Turin par le col de Tende (Route du sel), Saorge était un lieu de passage très fréquenté.

C’est là, au-dessus du village et des gorges de la Roya que des frères franciscains fondèrent un couvent en 1633 où ils établirent un jardin de 3 hectares doté d’un point de vue magnifique sur la vallée de la Bendola.

Un lieu de retraite et de paix

Les jardins du monastère sont aménagés en restanques sur une pente forte. Chaque restanque est soutenue par des murets voûtés, que l’on appelle voutains. L’une d’entre elles est agrémentée de pergolas supportant la vigne, entourant un petit oratoire, tandis qu’une autre est consacrée au réservoir d’eau, indispensable pour les plantations.

Une grande partie de ces jardins, qui respirent la sérénité, est destinée à la production potagère. Elle permet de nourrir les résidents en retraite d’écriture, s’inscrivant ainsi dans la pure tradition vivrière des monastères.

Le microclimat de  Saorge permet d’y cultiver une grande diversité de légumes et de plantes aromatiques, condimentaires et médicinales, ouvrant la voie à une vraie pédagogie des pratiques traditionnelles en la matière.

Propriétaires / Gestionnaires / Animateurs

Centre des monuments nationaux