Antibes Juan-les-Pins

Dans cette rubrique

  • Jardin botanique de la Villa Thuret

    Le père des jardins botaniques : Séduit par le climat et la nature alors sauvage du Cap d’Antibes, Gustave Thuret, algologue et botaniste du XIXe siècle, décida de s’y implanter.

  • Jardin Exflora

    Un voyage méditerranéen : Ce parc, inauguré en 1994, couvre 5 hectares de terrain
    entre Juan-les-Pins et Antibes. Réalisé par l’architecte paysagiste Alain Goudot, le jardin
    puise son organisation dans l’évocation des jardins méditerranéens à travers les siècles.

  • Terrasses du Musée Picasso

    Dans les jardins du maître : Le château Grimaldi tire son nom d’une branche cadette des
    princes de Monaco, marquis d’Antibes. Résidence des évêques au Moyen Âge, il est devenu Musée Picasso en décembre 1966. Invité par Romuald Dor-de-la-Souchère, conservateur du Musée Grimaldi, Pablo Picasso fait d’une partie du château son atelier.

  • Pinède Gould

    Là où pousse le Jazz : Albert Flament disait en 1932 : « Le promeneur ne trouvait naguère à Juan-les-Pins que des pins. » À l’aube de la Côte d’Azur, au début du XXe siècle, le richissime américain Frank Jay Gould fit construire au coeur de la petite station balnéaire le casino et un superbe palace, au milieu de la pinède.

  • Parc de la Villa Eilenroc

    Les beaux jardins de la belle époque : Guy de Maupassant décrivait cette villa comme une « ravissante et fantaisiste habitation » où l’on trouvait un « jardin prodigieux, jeté entre deux mers, où poussent les plus belles fleurs d’Europe. »

  • Batterie du Graillon "Espace Mer et Littoral"

    Un site exceptionnel : Située sur un promontoire rocheux, à l’extrémité sud du Cap d’Antibes, la Batterie du Graillon recèle un site naturel méditerranéen remarquable de
    2.2 hectares constitué d’une pinède débouchant sur des falaises rocheuses s’enfonçant dans une eau cristalline.