L'eau douce et la mer...

La lutte contre le feu

La plupart des agglomérations étaient démunies face au fléau des incendies notamment les villages de montagne à l’urbanisation serrée dont l’habitat faisait une large place au bois.

Au XIXe siècle, si l’arrivée de l’eau au village pour desservir les fontaines était vivement attendue, l’argument des municipalités était aussi la possibilité d’installer des bornes à incendie.

Ce sont surtout les incendies de forêts qui constituent le problème majeur des régions méditerranéennes.
Le vent qui sévit épisodiquement en bourrasques est redoutable car il favorise l’extension rapide des incendies.

En 1945, un rapport d’inspection soulignait que la plupart des communes, à qui la loi de 1884 avait confié la lutte contre les sinistres, n’étaient pas en situation de faire face en toutes circonstances surtout par manque d’alimentation en eau.

En 1957, le Département finança un plan d’établissement de réservoirs et de points d’eau répartis dans les zones à risque afin de desservir plus rapidement les engins d’intervention.

La véritable révolution dans la lutte contre l’incendie intervint en 1963 lorsque furent expérimentés les premiers avions citernes amphibies.

Après les Catalina utilisés en essais de 1963 à 1969, l’entrée en service des Canadair a constitué l’évolution la plus spectaculaire et la plus efficace de la lutte contre les incendies de forêt.

Image en taille réelle, .JPG 173Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 133Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 128Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 103Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 137Ko (fenêtre modale)|

 

Image en taille réelle, .JPG 105Ko (fenêtre modale)|