St-Martin-du-Var

L’histoire de Saint-Martin-du Var est liée à celle de La Roquette car ces deux communes n’en faisaient qu’une jusqu’en 1867.

Image en taille réelle, .JPG 141Ko (fenêtre modale)|

La commune, d’une superficie de 559 ha, se compose d’une succession de collines boisées entaillées par les vallons de Récastron et de Saint-Blaise.

Ceux-ci se jettent dans le Var qui sert de limite au sud. Au XVIIIe siècle, le village était menacé par le Var dont le cours avait changé. Le « Gros Var » passait au ras des habitations et empêchait tout développement urbain du village. Il fallut attendre les années 1820-1830 pour que des digues soient réalisées puis l’endiguement du Var qui mit le secteur à l’abri des débordements du Var en 1849.

Par la suite on  protégea le village contre le torrent de l’Ubac qui coulait au sud du village. Tous ces travaux rendaient possible une extension urbaine autour de la place Neuve qui accueillit auberges, commerces et entrepôts à partir du milieu du XIXe siècle. Cependant, la proximité de vastes étendues d’eau stagnantes dans les casiers de l’endiguement en cours de colmatage provoquèrent, dans les années 1850 et 1860, des épidémies, choléra et malaria, nécessitant même l’installation sur place d’un hôpital.

Grâce à son sous-sol riche en argile calcaire, en marnes et en gypse, et à la desserte du chemin de fer, Saint-Martin connut un important essor industriel à partir de 1897 avec l’implantation d’une usine fabriquant  céramiques puis tuiles et briques. Cette activité décrut ensuite pour disparaître il y a une trentaine d’années mais elle avait profondément transformé le village.